05 octobre 2008

Mon Maître Jean-Louis Ferry a disparu

Un jour de décembre 1990, Jean-Louis Ferry me reçoit dans son bureau chez Manuel NOAO, agence de Marketing direct. Au terme de deux heures d'entretien, j'étais éreinté. Cet homme sec et flegmatique, aux allures de Bill dans le film éponyme de Quentin Tarantino, m'avait bien confirmé que mon profil ne l'intéressait pas. "Vous êtes un touche-à-tout, vous avez un CV de deux pages à 24 ans, vous allez faire peur aux entreprises".
Une semaine plus tard, je décrochais mon premier job grâce à lui dans une autre entreprise et mon patron de l'époque m'avouait que Jean-Louis Ferry lui avait dit que "J'étais un touche-à-tout et que j'avais déjà un CV de deux pages et que j'étais une chance pour une entreprise".
Trois ans plus tard, après avoir lu les livres de Jean-Louis Ferry (en illustration de ce billet), échangé avec lui des anciens numéros du magazine Pilote (dont il était collectionneur -une collection parmi d'autres), je retourne le voir pour lui dire que je cherche du travail sur Paris. Il me dit "vous êtes trop jeune, trop peu expérimenté, trop énervé. Je suis désolé je n'ai rien pour vous." Je repars dans les Deux-Sèvres et une semaine plus tard le téléphone sonne. Une entreprise m'appelle, et je décroche mon deuxième job. Mon nouveau patron, avant de me nommer Directeur marketing à 28 ans, me dit "Jean-Louis Ferry m'a dit que vous étiez jeune, plein d'énergie et que, malgré votre courte expérience vous étiez très capable de prendre ce job".
Vous me pardonnerez de raconter ici une histoire très personnelle, mais je ne pouvais pas vous épargner ces anecdotes aux allures de conte initiatique.

Je dois en effet ma carrière à cet homme avec qui j'ai entretenu des rapports fidèles et amicaux dans les 18 dernières années.
C'est grâce à lui que j'ai choisi ce métier passionnant à l'époque ou l'acronyme CRM n'existait pas, ou les agences disaient qu'elles faisaient du marketing direct, et pas du marketing opérationnel, du marketing services ou du 360... Si les outils ont connu une grande évolution avec la technologie, si le vocabulaire du marketing s'est enrichi, les leviers de la conquête du client ou de sa fidélisation sont les mêmes, quelque soit le canal.
Diplômé d'HEC, Jean-Louis Ferry a été Président de CBS avant de créer avec Bruno Manuel l'agence de marketing direct Manuel NOAO (qui est devenue ensuite Publicis Direct). Il a écrit plusieurs livres sur le sujet, donnant naissance à des centaines de vocations dans la profession. Dans son impressionnant "Track record" on compte également la co-fondation de l'enseigne "GOLDY les montres" avec ses amis Bernard Brochand et Bernard Grégoire. Parmi ses clients historiques, on comptait par exemple le groupe Prisma Presse ou les Editions Atlas pour qui il a réalisé des milliers d'actions de marketing direct. En quittant son agence, il a continué à exercer en tant que consultant free-lance pour de nombreuses enseignes, et j'ai eu l'occasion de travailler à nouveau avec lui.
Je me souviens de plusieurs de ses histoires et citations qui résonnent comme des mantras. Je vous en livre trois :
- En 1988, au patron du premier réseau de téléhonie mobile qui était un de ses clients : "Votre marque, ce n'est pas Radiocom-2000, c'est Radiocom2000-Ne-quittez-pas !".
- A un patron d'enseigne de distribution en 1993 : "Vous voulez faire un programme de fidélité ? Avant de vous lancer là-dedans et si j'étais vous, je travaillerais d'abord à mon mix marketing et à la qualité de mon offre perçue par le client. Si votre prestation n'est pas bonne, je ne vois pas l'intérêt de parler de fidélité à vos clients. Il n'y a pas de fidélisation sans produit ou service fidélisant."
- Il prétendait dans un de ses livres que si l'on veut réussir sa communication directe, il faut penser au lecteur qui lit son horoscope en cherchant ce qui le concerne à titre personnel. Le texte lui semble écrit pour lui alors qu'il a été conçu pour 12 signes du Zodiaque, équivalent aux segments d'un envoi par exemple.

Pour mon Maître qui vient de disparaitre ce week-end, je ferais référence à une de ses grandes passions avec une citation de Pierre Rosenberg :
«Tous les collectionneurs vont au paradis».

12 commentaires:

Catherine Ertzscheid a dit…

Bonjour,
Il est une vraie chance que de rencontrer des individus qui vous témoignent une telle confiance et jouent avec vous et non de vous. Et si en plus la relation perdure au-delà des liens professionnels.. Il n'y a donc pas de mot.
A bientôt

Francis HAMON a dit…

Je n'ai pas eu la chance de connaître Jean-Louis, si ce n'est que récemment par deux conversations téléphoniques et quelques échanges de mail. J'ai aujourd'hui une pensée toute particulière pour son Epouse et ses enfants. Je découvre par ce blog un peu de son existence, et regrette sincèrement de na pas avoir eu le temps de le rencontrer, comme celà était convenu. Le destin est cruel, mais il est ainsi. Mes amitiés et condoléances à tous ses proches et ceux qui l'ont connu et apprécié. Francis.

guenot a dit…

Malgré le contexte triste de votre billet, j'ai souris. J'ai souris, car vous m'avez renvoyé dans mes souvenirs d'enfance. Surprenant !

Entre 6 et 14 ans environ, je ne sais plus trop, je me souviens de mon papa, médecin anésthésite réanimateur et (ce n'est pas fini, en effet) qui travaillait pour le compte de Mondial Assistance, en tant que médecin rappatrieur. Belle époque...
Je me souviens des appels d'urgence dans sa voiture. J'étais très très fière de mon papa qui avait SON téléphone portable à lui dans SA voiture, c'était dans les années 80 / 90, autant dire le portable n'existait pas !
Et je me souviens très très bien du fameux "Radiocom 2000, ne quittez pas !". Et en effet, radiocom 2000 n'allait pas sans son "ne quittez pas" !

Au delà de ce clien d'oeil, j'aime beaucoup votre blog qui traite du sens du client mais qui finalement peut se résumer aussi par la qualité que toute personne (et encore plus, tout marketeur) devrait posséder : le BON sens. La vie perso et pro n'est faite que de bon sens. Tant de projets n'aboutissent pas, faute de pur bon sens.

Merci en tout cas pour vos critiques ou "bons points".

Anonyme a dit…

Ami de Jean-Louis et Marianne j'ai appris cette nouvelle bouleversante. Grégory Louvion

Sylvie "Gersande" Charles a dit…

Bonjour,
Je suis une ex jeune de l'agence Manuel NOAO. Entrée en 1985, comme assistante DA, j'ai suivi Jean Louis Ferry, Bruno Manuel, Dominique Leveuf, Patricia Robin, jusqu'à la dernière fusion avec Publicis Etoile, ou je me suis fait remercier. Un remerciement comme Publicis sait le faire. J'ai été prévenu par Patricia du décès de Jean Louis. Très touchée. Plus de 20 ans…
Je suis tombée sur votre blog en cherchant à contacter Bruno Manuel que je sais toujours en activité.

L'agence Manuel NOAO, reste aujourd'hui mes plus belles années professionnelles.

Je vous laisse mon adresse mail.

Sylvie.charles@gmail.com

Sylvie

Cyrille a dit…

Il faut croire que ce post va reunir pour longtemps ceux qui l'ont connu. J'ai passe quelques temps pas tres loin de lui, chez Publicis Direct. Bourlingue sur les editions Atlas et Goldy... Un mec bien. Cash.
Je tombe sur ce post en tapant son nom, je me demandais ce qu'il devenait... Desole d'apprendre cette disparition. Merci pour l'info. Tres beau texte.

Thierry Spencer a dit…

Un an après sa disparition, j'ai une pensée pour Jean-Louis Ferry et sa famille.
J'ajoute à mon billet une photo de lui, assez fidèle à l'image que je garde : l'oeil pétillant, à l'écoute, le cerveau en ébullition et prêt à exprimer une bonne formule du genre "ouai, pas mal... mais à ta place, je me poserais une vraie question...".

Stella a dit…

la plus belle rencontre professionnelle de mon parcours ... ...j'avais 25 ans chez noao et j'ai travaillé sous sa direction 8 ans jusqu'a publicis Direct ... 20 ans après ... il est toujours dans ma mémoire. il restera celui qui faisait de nos réunions de travail des moments parfois inoubliables ... francoise tybalan, dominique leveuf, bruno manuel ... et jean louis ferry ... mes meilleurs rencontres professionnelles ...

Livremania a dit…

Je découvre ces messages très tard, mais non sans émotion. Je suis restée 3 ans chez Manuel Noao et j'ai un merveilleux souvenir de cette expérience. Je suis partie juste au moment de la fusion avec Publicis... J'étais dans l'équipe de Bruno Manuel et Anne Legrand. Que de grands professionnels dans cette agence !
Je suis maintenant responsable d'une société qui distribue de l'assurance sur internet (cmonassurance.com), et je constate avec plaisir que toutes les leçons apprises en marketing direct chez Manuel Noao sont toujours d'actualité. Les supports changent mais les supports restent les mêmes.
Voici mon mail, pour les ancien NOAOistes : m.content@alptis.fr
Marie Content

jean de Foucaucourt a dit…

Bien tard, je découvre la triste nouvelle, mais, tu vois, Jean-Louis, tu ne seras jamais oublié, ni l'homme, ni toute cette aventure du marketing direct et surtout de la vente par correspondance. Avec Bruno, tu as fait une super équipe. Je pense à toi et à tous les tiens avec respect, amitié, tendresse.

Jean de Foucaucourt

Anonyme a dit…

C'est une nouvelle émouvante, et je constate moi aussi qu'elle a le don de réunir les Manuel Noaoistes. Comme Marie, dont je me souviens très bien (oenologue émérite qui scotchait tous nos clients d'IBM), j'ai aussi passé quelques années (4) dans l'équipe d'Anne et Bruno et suis partie avant la fusion. Je me souviens très bien de Jean-Louis, même si j'ai beaucoup plus collaboré avec Bruno. J'ai échangé quelques nouvelles avec lui chaque année jusqu'à 2011.
J'aurais aimé aussi retrouver Catherine (qui travaillait dans l'équipe de Mireille).
Si quelqu'un souhaite me joindre, vous me trouverez sur Linkedin et Viadeo.
A propos, combien d'entre vous travaillent toujours dans le CRM / marketing direct / marketing opérationnel / 360 etc ?

Caroline Lopez

Laurent Piffeteau a dit…

Comment suis-arrivé si tard sur cette page ? Encore un coup de Jean-Louis qui savait que le "bon rang de relance" est celui qui rapporte.
Je travaillais chez Noao avec son antithèse... Bruno... Et j'ai toujours apprécié l'efficacité de sa vision et la simplicité de l'aventurier.
Caroline pour te répondre avec moi cela fait + 1